Le frelon Asiatique

Écrit par GODART Francois et DORMOY Martine le .

 

Le Vespa velutina nigrithorax (ou frelon asiatique) est un frelon à pattes jaunes arrivé en France en 2004 à bord d'un bateau en provenance de Singapour. Il est aujourd'hui présent sur la quasi-totalité du territoire Français.

En 2012, les ministères en charge de l’Agriculture et de l’Environnement ont annoncé le classement du frelon asiatique, vespa velutina nigrithorax, « causant des dommages importants sur les populations d’abeilles » respectivement :

  • en danger sanitaire de deuxième catégorie (DS2)
  • et en espèces exotique envahissante (EEE)

 

 Il est reconnaissable par sa couleur noire, ses pattes jaunes à leur extrémité, sa face jaune orangée, son front noir, un seul segment de l'abdomen orangé. C'est un insecte diurne uniquement.

Les nids primaires de petite taille, construits de mars à juillet dans des haies, sont abandonnés dans 70% des cas pour des nids secondaires situés au niveau de la cime des arbres en juillet et août. Il reste donc 30% de nids bas, souvent dans les haies et donc potentiellement dangereux.

Comment se protéger :

  • En cas de présence de nid actif, se tenir à distance minimale de 15 mètres, ne pas s'arrêter pour l'observer, même à bonne distance.
  • En cas de présence de nid primaire inactif, inspecter visuellement la cime des arbres avoisinants. Le nid secondaire n'est certainement pas très loin

Dans les deux cas, repérer précisément l'endroit et informer la mairie pour organiser la destruction du nid.

Comment réagir en cas d'attaque :

  • Rester calme, éviter les mouvements brusques. S'éloigner du nid.
  • Ne pas rester groupés.

Que faire en cas de piqure :

  • Se mettre au repos. Nettoyer la plaie à l'eau savonneuse
  • Si la piqure a eu lieu sur la main, retirer montre, bagues et bracelets.
  • Appeler le 112 à la suite d’une attaque massive ou présence de tout symptôme évoquant un choc allergique (difficultés à respirer, démangeaisons, gonflement du visage, malaise, nausées…).  

 

Le frelon Asiatique en détail

(accessible uniquement aux membres - Connectez-vous pour accéder à cette page)

Tagine de potiron

Écrit par FORTIER GRETHEN Caroline le .

Une petite recette de saison qui accompagnera parfaitement bien les viandes grillées, froides ou de la charcuterie. 

Pour 4 personnes
Préparation : 20 min
Cuisson : 30 min

8 à 10 gros pruneaux
75 g de raisins secs
2 oignons
500 g de potiron
30 g de beurre
1/2 cuillère à café de cannelle
sel, poivre blanc
300 ml de bouillon de légumes
1 cuillère à café de cumin en poudre
2 cuillères à soupe de miel
2 cuillères à soupe de vinaigre de vin

Dénoyauter les pruneaux et coupez-les.

Mettez-les à tremper avec le raisin sec dans un bol d'eau.

Épluchez les oignons et le potiron. Émincez les premiers et coupez les derniers en petits dés. Faites revenir les légumes dans le beurre, ajoutez la cannelle, le sel et le poivre. 

Couvrez de bouillon de légumes, et laissez cuire à feu doux et à couvert pendant 15 minutes. 

Ajoutez les pruneaux égouttés et les raisins secs avec un peu de leur eau selon le besoin, ajoutez le cumin, le miel et le vinaigre et continuez la cuisson pendant 15 minutes en mélangeant de temps en temps.

 

 

La visite d'automne

Écrit par FORTIER GRETHEN Caroline le .

Lorsque l'on arrive dans le monde de l'apiculture, on est souvent étonné d'entendre dire les "anciens" que la saison apicole débute à l'automne. 
En effet, au fur et à mesure des années d'expériences, un apiculteur connaîtra les résultats de sa saison lors de sa visite d'automne. 
La saison à venir sera conditionnée par les observations faites lors de cette visite. C'est le moment de procéder à plusieurs choses. 

  • Contrôler :
    • l'état de la colonie ;
    • la qualité du couvain ;
    • l'infestation par la varroa ;
    • les provisions de nourriture, à compléter si besoin par un nourrissement adapté (attention au pillage).

  • Protéger
    • du froid ;
    • du vent, haies vives ou toiles coupe-vent ;
    • des prédateurs, fermer les portes.

  • C'est le moment
    • de resserrer les colonies avec des partitions ;
    • de transvaser dans des ruchettes si besoin ;
    • de réunir les colonies faibles.

Rappel :

Penser à déclarer vos ruches.
Noter par écrit toutes les observations faites lors de cette visite. 

Témoignages de membres

  • J'ai participé il y a 2 ans à une réunion d'information du rucher école. J'ai été piqué par la curiosité et je me suis inscrit aux cours pour découvrir le mode de vie de ces passionnants insectes. Aujourd'hui j'ai construit ma première ruche et je viens d'accueillir mon premier essaim.

    Jacques
    Membre depuis 2017
  • J'ai intégré le rucher école cette année. J'ai découvert des gens passionnés et chaleureux. Les cours se déroulent dans une bonne ambiance. On m'a tout de suite mise à l'aise. Cette formation est vraiment très enrichissante.

    Cathy
    Membre depuis 2018

  • Mon oncle était apiculteur et j'ai degusté des pains d'abeilles chez lui. Je me suis présenté aux cours en observateur. Je n'étais pas certain d'avoir suffisamment de temps à consacrer à ces êtres vivants. Avec l'aide du rucher école, j'ai choisi le meilleur biotope possible et j'ai aujourd'hui 3 ruches. J'apprends chaque jour de nouvelles choses.

    Yves
    Membre depuis 2016
  • Adepte du potager, c'est tout naturellement que je suis venu à l'apiculture. Depuis que je suis inscrit au rucher école, je redécouvre mon environnement au travers du regard de l'abeille. Je prends conscience des noisetiers en fleurs à la sortie de l'hiver, des tilleuls de ma ville et debien d'autres choses encore. Quant à ma première ruche, c'est juste magique!

    Abdel
    Membre depuis 2018
  • Lors d'une journée du patrimoine en 2017, je rencontre le rucher école des 3 rivières. Gourmand de questions sur les abeilles, je me lance dans l'aventure en 2018 pour découvrir la vie des abeilles. Aujourd'hui, piqué par ma nouvelle passion et ma soif d'apprendre, j'installe 6 ruches au fond de mon verger. Pas un jour sans rendre visite à mes ZAZAS. Ce n'est que le début d'une belle passion naturelle.

    Laurent
    Membre depuis 2017
  • Petite j'essayais de réanimer dans le creux de ma main les abeilles échouées sur le rebord de la fenêtre de l'école,  je me regalais quand mon grand-père ramenait pour le goûter un cadre de cire gorgé de miel qu' on raclait et laissais fondre en bouche comme un bonbon,  je scrutais dans le pommier en face du rucher mon grand-père oeuvré dans son habit de protection... maintenant le temps est venu de se lancer et de redonner vie aux ruches familiales. c est avec joie que j'ai intégré le rucher école d Epiey sur Chiers il y a 3 ans,  qui nous fait découvrir le monde apicole. J espère  cette année pouvoir accueillir de ma ruche inoccupée depuis 30 ans une nouvelle colonie et y extraire ce trésor doré et parfumé!

    Carole
    Membre depuis 2016